Pour approfondir – Sadate : vidéos sur l’ardeur pour une œuvre

Partager cet article
FacebookTwitterLinkedInViadeoEmail

 Multimédia

Regards contemporains des informations télévisées françaises sur les audaces du leader égyptien, de son coup d’éclat à Jérusalem en 1977 jusqu’à son assassinat en 1981…

 

Pour revenir à la vidéo d’analyse de Stéphane Jacquemet sur la visite de Sadate à Jérusalem, cliquer ici.
Pour écouter le témoignage de Bernard Esambert Ma rencontre avec Sadate, cliquer ici.

 

Portrait d’Anouar el-Sadate

Mardi 6 octobre 1981 – Alors que le monde vient d’apprendre avec stupeur l’attentat du Caire, le journal télévisé du soir d’Antenne 2 animé par Christine Ockrent diffuse ce reportage nécrologique, dans lequel le journaliste Bernard Benyamin commente les images des moments-clés du parcours de Sadate, de la Guerre du Kippour jusqu’à son assassinat dans le début de l’après-midi-même, retraçant ainsi son évolution inattendue à propos d’Israël et de la question arabe…

 

 
Arrivée de Sadate en Israël

Samedi 19 novembre 1977 – A 20 heures (heure locale), le Boeing 707 présidentiel égyptien atterrit à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Sadate est accueilli par l’intégralité de la classe politique israélienne

 

 
Discours de Sadate à la Knesset

Dimanche 20 novembre 1977 – Ce journal télévisé diffuse l’essentiel de la captation vidéo du discours historique de Sadate à la Knesset, le parlement israélien, ainsi que la réponse de Begin…

 

 
Le discours de Sadate est passé au détecteur de mensonges

Lundi 21 novembre 1977 – Afin de juger de la sincérité de ses intentions, les services secrets israéliens ont travaillé toute la nuit à passer le discours de Sadate à la Knesset au détecteur de mensonges, pour finalement rendre le lendemain à Begin un avis favorable. Explications sur France Inter du journaliste Alain de Chalvron…

 

 
Dernière journée de Sadate en Israël

Lundi 21 novembre 1977 – Une journée placée sous le signe de la concorde. En images : la conférence de presse commune avec Begin, la cérémonie du départ, le retour triomphal de Sadate au Caire, une interview du ministre égyptien des affaires étrangères Boutros Ghali (qui deviendra par la suite secrétaire général de l’ONU), et surtout le symbole de la journée, passé depuis à la postérité : la rencontre historique entre les deux ennemis d’hier, Anouar el-Sadate et Golda Meir qui quatre ans auparavant, présidaient chacun aux destinées de leurs pays durant la Guerre du Kippour, et qui maintenant aux côtés de Shimon Peres partagent un éclat de rire fraternel, de bon augure pour l’avenir des relations entre l’Egypte et Israël…

 

 
Camp David : les négociations se concluent par un accord

Lundi 18 septembre 1978 – Après douze jours de négociation dans le complexe de villégiature officielle de la Présidence des Etats-Unis situé à Camp David en banlieue de Washington, les délégations égyptiennes et israéliennes parviennent finalement à un accord en vue de la signature prochaine d’un traité de paix entre les deux pays, alors que les discussions ont failli être rompues à bien des occasions. Fier à juste titre de sa médiation, le Président américain Jimmy Carter ramène à Washington les deux principaux protagonistes, Sadate et Begin, pour expliquer à la classe politique américaine, mais également aux caméras du monde entier, la signification et la portée de cet accord inespéré…

 

 
Sadate : invité de prestige de l’émission politique française Cartes sur table

Lundi 20 novembre 1978 – Numéro spécial de l’émission politique à l’époque phare, Cartes sur table. Alors que seulement quatre semaines plus tôt le Comité Nobel annonçait lui décerner ainsi qu’à Menahem Begin le Prix Nobel de la Paix 1978, Anouar el-Sadate reçoit aux pieds des Pyramides de Gizeh, les journalistes français Jean-Pierre Elkabbach et Alain Duhamel pour un tour d’horizon de 50 minutes sur les enjeux du Proche-Orient…

 

 
L’Islam selon Sadate et sa critique au vitriol de l’Ayatollah Khomeini

1978-1979 – Alors qu’Egyptiens et Israéliens progressent conjointement dans l’élaboration de leur futur traité de paix, l’année 1978 est malheureusement marquée au Moyen-Orient par une sinistre évolution : la montée en puissance en Iran de l’Ayatollah Khomeini qui s’apprête à prendre le pouvoir, pour établir dans ce pays une théocratie fanatique. Inquiet de ce danger, Sadate répond sur la chaine américaine ABC aux questions de Barbara Walters, afin de dénoncer le Khomeinisme, expliquer que l’Ayatollah ne saurait incarner l’Islam dans sa globalité, et en profite pour développer sa conception personnelle de la religion musulmane, à la fois pieuse et laïque, fraternelle, ouverte et respectueuse des autres. Des propos salutaires que l’on devrait aujourd’hui faire entendre à bien des égarés. Si vous n’avez du temps à consacrer qu’à une seule archive de cette page, c’est bien cette vidéo qui serait à regarder en priorité

 

 
La réponse de Khomeini à Sadate

1978-1979 – La réponse du fanatique religieux à Sadate ne se fait pas attendre. Tout bonnement, il ne le considère plus comme un musulman pour cause de compromission avec l’Occident… Le stress, la prudence et les précautions de langage du journaliste américain rapportant les propos de Sadate, en dit long sur le climat de terreur psychologique qu’entretenait spontanément le dignitaire chiite de Qom vis-à-vis de ses interlocuteurs…

 

 
Signature officielle à Washington du Traité de paix israélo-égyptien

Lundi 26 mars 1979 – Instant solennel réunissant devant le perron de la Maison-Blanche, Begin, Sadate et Carter, pour la signature d’un traité de paix mettant fin à trente ans d’état de guerre entre Israël et l’Egypte. Cette signature représentant l’aboutissement de deux années de prouesses personnelles sur le plan de la négociation diplomatique, les trois protagonistes se trouvent alors à leur zénith sur la scène internationale. Pourtant, dans les quatre années qui vont suivre, chacun aura dans son propre pays quitté le pouvoir, pour certains écartés violemment…

 

 
Le contenu du Traité de paix signé à Washington

Lundi 26 mars 1979 – En deux minutes, la rédaction d’Antenne 2 synthétise les points-clés du traité issu des négociations de Camp David, signé le jour-même à Washington et toujours en vigueur en 2017 : les anciens points de contentieux que le texte règle (entre autres, le Sinaï et Suez), et ceux sur lesquels ne porte pas le traité.

 

 
Première interview télévisuelle combinée de Begin et Sadate

Vendredi 7 septembre 1979 – Cette première mondiale fut française. Le mérite en revient au journaliste Jean-Marie Cavada qui depuis Haïfa, réussit l’exploit de réunir Begin et Sadate, en personne pour une quarantaine de minutes d’échanges à bâtons-rompus sur l’avenir des relations internationales au Proche-Orient…

 

 
Réception d’Anouar el-Sadate par Simone Veil au Parlement européen

Mardi 10 février 1981 – Seulement huit mois avant son décès tragique, Anouar el-Sadate est reçu au Parlement européen. Dans son discours d’accueil sous forme d’hommage sincère, sa Présidente Simone Veil, qui en matière de courage politique n’a rien à apprendre de quiconque, salue « l’homme d’Etat dont le courage et la ténacité ont permis qu’un jour dans ce Moyen-Orient déchiré depuis trente ans par la fureur des armes, l’impensable se produise [et] le dialogue s’instaure de part et d’autre de la ligne de feu »…

 

 
L’assassinat d’Anouar el-Sadate

Mardi 6 octobre 1981 – « Le monde en émoi ; l’échiquier du Proche-Orient bouleversé » . C’est par cette phrase que Christine Ockrent ouvre ce journal télévisé du 6 octobre 1981, qui représente d’ailleurs l’un de ses tous premiers 20 heures. La formule de la journaliste résume bien la consternation de la communauté internationale, regardant le film de la fusillade du jour-même au Caire. Attention : âmes sensibles s’abstenir. Le reportage montre crument la réalité d’un attentat par balles

 

 
Hommage de Ronald Reagan et de trois anciens présidents américains

Jeudi 8 octobre 1981 – L’Amérique et plus largement l’Occident viennent de perdre un ami. Alors qu’il souhaite se rendre derechef au Caire, le Président américain en exercice Ronald Reagan, qui avait été lui-même six mois plus tôt la cible d’une tentative d’assassinat par balle, s’en voit dissuadé par ses services de sécurité. Afin de marquer par un symbole fort la reconnaissance de l’Amérique vis-à-vis de l’œuvre de Sadate, Reagan décide en conséquence de lire son hommage aux côtés de tous les anciens présidents des Etats-Unis à l’époque encore en vie, Nixon, Ford et Carter. Du jamais vu précédemment, ni depuis. Ainsi ce n’est pas un occupant momentané du Bureau ovale qui pleure le Président égyptien défunt, mais l’universalité de la Présidence américaine indépendamment des époques. A noter que cet exercice qui impliquait un retour physique à la Maison Blanche, a dû beaucoup coûter sur le plan psychologique à Nixon, Ford et Carter, puisque chacun d’entre eux avait quelques années plus tôt fini son mandat dans le désaveu. Malgré cela, tous les trois tenaient à être présents. Deux jours plus tard, iIs se rendront personnellement au Caire pour les obsèques de Sadate

 

 
Les obsèques d’Anouar el-Sadate

Samedi 9 octobre 1981 – Sadate a été enterré dans la journée aux côtés du soldat inconnu égyptien, sous le monument en l’honneur des morts de la Guerre d’Octobre (Guerre du Kippour), à quelques centaines de mètres de la tribune où seulement quatre jours plus tôt, il succombait aux balles de ses assassins. La présence sur place du Premier ministre israélien Menahem Begin, qui décida de braver le risque d’être lui-même abattu dans cette mégapole arabe dont la rue lui était encore en grande partie hostile, révèle à elle-seule à quel point l’émotion et la gratitude internationale dépassaient les pures formes protocolaires ; elles étaient tout sauf feintes. Trois anciens présidents américains, huit chefs d’Etat en exercice (dont François Mitterrand) et cinq chefs de gouvernement (dont l’allemand Helmut Schmidt) participent à ce dernier hommage à Sadate. Seules les funérailles de Kennedy, Churchill, de Gaulle et plus tard Jean-Paul II et Nelson Mandela, rassemblèrent un parterre aussi large de dirigeants de ce monde …

 

 

 Pour en savoir plus – Bibliographie sélective

Robert Solé, Sadate, Perrin, août 2013, ISBN 978-2-262-04026-0, 368 pages (pour en savoir plus, cliquez ici)

couv_sadat_robert_sole_0132p_0200p

Anouar el-Sadate, A la recherche d’une identité, histoire de ma vie, Fayard, 1978 ; ISBN : 2-213-00582, 490 pages (pour en savoir plus, cliquer ici)

couv_a_la_recherche_dune_identite_0131p_0200p

Jean-Christophe Buisson, L’assassinat de Sadate, Perrin, collection 15 mn d’histoire, octobre 2014, ISBN : 9782262049751, 24 pages (pour en savoir plus, cliquer ici)

couv_lassassinat_de_sadate_jean_christophe_buisson_0133p_0200p

Thierry Desjardins, Sadate Pharaon d’Egypte, éditions Marcel Valtat, avril 1981, ISBN : 2-86315-015-4, 513 pages (pour en savoir plus, cliquer ici)

couv_sadate_thierry_desjardins_0129p_0200p

Signature d'Anouar el-Sadate

Signature d’Anouar el-Sadate

Crédits photos

Image principale d’illustration de l’article : 18 septembre 1978 – Le Président égyptien Anouar el-Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin, ovationnés par les membres du Congrès des Etats-Unis d’Amérique, réunis en session extraordinaire conjointe par le Président Jimmy Carter, pour l’annonce de la conclusion d’un accord final à Camp David.
© Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis d’Amérique.

Vous aimerez aussi
Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.